Skip to content

« Il est urgent de travailler conjointement et avec véhémence pour réduire les inégalités et les injustices dans les Amériques », déclare la directrice de l’OPS

« Bien qu'au cours des 110 dernières années, la santé se soit substantiellement améliorée dans les Amériques et que la prospérité soit grandissante dans la Région, l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS), les gouvernements, la communauté et ses dirigeants doivent veiller à ce que notre Région soit plus équitable » a déclaré la directrice de l'OPS, le Dr Mirta Roses, lors d'un discours prononcé le 17 octobre à l'Université McMaster. 

Cet événement s'inscrit dans le cadre de la 45e session du Comité consultatif sur la recherche en santé (CCRS) de l'Organisation qui se réunit jusqu'au 19 octobre dans l’Ontario, au Canada.« Quand nous réfléchissons à tous les changements qui se sont produits dans les Amériques ces derniers 110 ans, il n'est pas difficile de nous réjouir de la réussite collective des pays de la Région pour rendre cette partie du monde plus saine et plus prospère », a affirmé le Dr Roses. « Cependant, face aux événements récents en matière de santé de la population et de ses déterminants dans les Amériques, telle que l'Organisation panaméricaine de la Santé, qui travaille au coude à coude avec les gouvernements, leurs dirigeants, leurs communautés et nos alliés et partenaires, nous devons continuer à travailler avec ardeur pour que cette région soit une maison plus équitable et plus durable pour ses habitants d'aujourd'hui et de demain ».

Le Dr Roses a présenté les principales conclusions de la nouvelle édition du document La Santé dans les Amériques, qui, parmi d'autres points, met en exergue les importants changements démographiques que traverse la Région, conséquence de l'urbanisation et de la croissance et du vieillissement de la population. L'espérance de vie en Amérique latine et les Caraïbes a augmenté de 29 ans en 1900 à 74 ans en 2010, et 98 % des enfants atteignent l'année de vie alors qu'il y a 100 ans, seuls 75 % l'atteignait. Cependant, selon ce rapport élaboré par l'OPS, des inégalités persistent entre et au sein des pays.

Après avoir détaillé les progrès et les défis dans les Amériques en termes de santé, le Dr Roses a remarqué que « dans les années à venir, la Région se doit de réduire les inégalités et les injustices. »

Le Dr Roses a poursuivi en déclarant : « On s'attend à ce que les dirigeants et les citoyens de la Région travaillent à des politiques publiques inclusives, en cherchant à atteindre un plus grand investissement dans la protection sociale et de la santé, ainsi qu’à l'assurance de l'accès universel aux services de santé de qualité. » Le Dr Roses a également ajouté qu'une promotion de la sécurité humaine et du développement durable est souhaitable ainsi qu'une meilleure distribution des agents de santé et un leadership dans les approches intersectorielles des déterminants de la santé. « Cela devrait être le panaméricanisme en action qui nous attend les 110 prochaines années », a-t-elle affirmé.

Dans sa présentation de La Santé dans les Amériques, elle a souligné les réalisations de ces dernières années en matière de santé dans la Région, telle que l'augmentation de l'espérance de vie. « Hélas, des différences entre les pays de la Région existent toujours. Certains pays présentent des espérances de vies inférieures à la moyenne », a-t-elle averti.

« En dépit des réussites, simultanées et contrastées, des inégalités persistent tant pour les résultats en matière de santé que pour les indicateurs sociaux », a déclaré la directrice. « Et comme le signale le rapport de la Commission sur les déterminants sociaux de la santé de l'Organisation mondiale de la Santé, la réduction et l'élimination des disparités de santé ne peuvent être réalisées que par une action sur les déterminants sociaux de tout le spectre social ». 

Le Dr Roses a effectué cette présentation lors d'un événement organisé par l'Université McMaster en collaboration avec le Conseil consultatif sur la recherche en Santé de l'OPS.

Fondé en 1962, le CCRS exerce une fonction de conseil auprès de la directrice de l'OPS en matière de politiques de recherche et de programmes de santé. Il fournit une aide importante dans la formulation des politiques et stratégies pour la recherche en matière de santé au sein de l'OPS ainsi que de planification stratégique pour la coopération technique dans ce domaine. Le CCRS fait partie du Comité consultatif de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et son secrétariat est affecté au domaine des systèmes de santé fondés sur les soins de santé primaires.


Liens :

Mise à jour le Mercredi, 17 Avril 2013 09:02

Bureau régional de l'Organisation mondiale de la Santé
525 Twenty-third Street, N.W., Washington, D.C. 20037, Etats-Unis d'Amérique
Tél. : (202) 974-3000 Fax : 974-3663