Skip to content

Épidémie de choléra en Haïti toujours à la hausse

Haitian girlHaïti et ses partenaires internationaux intensifient leurs efforts pour atténuer l’épidémie de choléra, qui actuellement ne montre pas de signes de stabilisation, a indiqué un haut dirigeant de l’Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) dans une conférence de presse aujourd’hui.

L’expérience du passé suggère qu’il faudra « quelques mois pour inverser la tendance 

Washington, D.C., Octobre 27, 2010 (OPS) — Haïti et ses partenaires internationaux intensifient leurs efforts pour atténuer l’épidémie de choléra, qui actuellement ne montre pas de signes de stabilisation, a indiqué un haut dirigeant de l’Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) dans une conférence de presse aujourd’hui.

Dr. Jon Andrus
Photo PAHO/WHO David Spitz
Le Ministère de la Santé d’Haïti a notifié aujourd’hui 4 147 cas de choléra et 292 décès par rapport aux 3 769 cas et 284 décès notifiés hier. Outre le Département de l’Artibonite, où les premiers cas de choléra ont été notifiés, les Départements Central et de l’Ouest notifient maintenant des cas et des cas suspectés font l’objet d’investigation dans les Départements du Nord- du Nord-Ouest et du Nord-Est
 
Le Sous-Directeur de l’OPS, le Dr Jon K. Andrus a indiqué que le compte des cas officiels sous-estime certainement le nombre de personnes qui sont infectées par le choléra.
 
« Nous ne savons réellement rien sur les communautés où les cas de diarrhée se produisent mais n’atteignent pas les centres de santé, » a dit Andrus. » « Nous pensons que de nombreux décès se produisent que nous ignorons également. »
 
Les maladies qui sont aussi infectieuses que le choléra produisent généralement une augmentation rapide du nombre de cas, a indiqué Andrus, et « c’est ce que nous voyons en ce moment. »
 
En fonction de l’expérience avec l’épidémie de choléra qui a commencé au Pérou en 1991 et la propagation à 15 autres pays de l’hémisphère occidental, Andrus a dit qu’il était raisonnable de s’attendre à ce que des cas continuent à apparaître en Haïti sur plusieurs années à venir.
 
« Il faudra plusieurs mois pour inverser la tendance, et ensuite on retombera à des niveaux plus faibles de transmission pendant quelque temps, » a-t-il indiqué.

Répondant à une question demandant d’où le choléra pouvait être venu, Andrus a dit qu’il était impossible de le savoir, jusqu’à ce que les isolats de la bactérie d’Haïti soient comparés avec des isolats d’autre provenance, et même alors, « il est possible que nous ne saurons jamais ». Il a noté que le choléra est endémique dans des parties de l’Asie du Sud et du Sud-Est et en Afrique, mais que des cas apparaissent sporadiquement dans le monde entier, y compris en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.
 
Andrus a décrit une nouvelle stratégie nationale pour répondre à l’épidémie que le Ministère de la Santé a présentée hier. Elle a été développée avec l’appui de l’OPS, d’autres agences de l’ONU, les Centres U.S. pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et d’autres partenaires internationaux.
 
La nouvelle stratégie porte ses efforts sur la prévention au niveau communautaire, le renforcement des centres de soins de santé primaires pour assurer le traitement des cas modérés, et l’établissement de Centres spéciaux de traitement du choléra afin de traiter les cas sévères.
 
Au niveau communautaire, la stratégie préconise également la distribution de sels de réhydratation orale directement aux familles et la dissémination de messages de prévention à la radio et la TV, par le biais des agents sanitaires et des dirigeants communautaires, et de haut-parleurs installés sur des camions et d’autres véhicules.
 
Les messages encouragent le lavage des mains, le traitement approprié des matières fécales humaines et des déchets, la purification de l’eau potable en la faisant bouillir ou en utilisant des comprimés de chlore et en mangeant uniquement des aliments cuits ou qui ont été pelés. D’autres messages décrivent comment préparer les sels de réhydratation orale et comment soigner les malades du choléra sans risque à la maison et quand les emmener à un établissement de santé.
 
Les autorités haïtiennes de la Santé envoient également des agents sanitaires communautaires dans les zones pauvres et fortement peuplées pour rechercher activement et envoyer les personnes malades aux Centres de traitement du choléra, tout en leur donnant dans le même temps une première dose de sels de réhydratation orale. Les agents communautaires superviseront également les efforts d’hygiène de base pour assurer une eau potable salubre et pour assurer une évacuation des déchets et un entretien des latrines corrects.
 
Plus de 60 agents sanitaires communautaires sont en cours de déploiement dans les camps temporaires de réinstallation qui ont été établis après le tremblement de terre, a noté Andrus.
 
Afin d’aider les efforts de planification du Ministère de la Santé, l’OPS a travaillé avec les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies (CDC) afin de développer des projections de cas basées sur différents scénarios de modélisation. Les experts de l’OPS et des CDC travaillent également ensemble à l’amélioration de la surveillance et de la notification des cas, à l’analyse d’échantillons d’eau de rivières et d’autres sources d’eau, au suivi de la résistance des antibiotiques, et au développement de directives de gestion clinique.
 
L’OPS travaille également avec les Ministères de la Santé de la République dominicaine et d’autres pays des Caraïbes pour mettre au point des plans de secours au cas où le choléra se propage au-delà d’Haïti.
 
« Je conseillerais aux pays d’être sur leurs gardes et de suivre la notification de cas de diarrhée et de renforcer les services d’eau et d’assainissement, » a dit Andrus. « C’est un très bon moment pour le faire avant qu’une flambée ne se produise. »

L’OPS a été fondée en 1902 et elle est la plus vieille organisation de santé publique au monde. Elle travaille avec tous les pays des Amériques à l’amélioration de la santé et de la qualité de vie des peuples des Amériques et elle sert de Bureau régional pour les Amériques de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

CONTACT: Donna Eberwine-Villagran, email: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ,  Tel. +1 202 974 3122, or Daniel Epstein, email: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , Tel. +1 202 974 3459, or Knowledge Management and Communication Area, PAHO/WHO – www.paho.org

 

Mise à jour le Mercredi, 17 Novembre 2010 15:45

No. 295 Avenue John Brown, Port-au-Prince, Haiti,
Boite Postale 1330, Port-au-Prince, Haiti
Tel.:+509 28143000
Fax:+509 28143089 email e-mail@hai.ops-oms.org