Home Actualités HAI. Situation reports Flambée de choléra en Haïti - Novembre 16 2010

Flambée de choléra en Haïti - Novembre 16 2010

 Envoyer

Flambée de choléra en Haïti
Jon Kim Andrus, MD
Directeur adjoint
Organisation Panaméricaine de la Santé
16 Novembre 2010

Merci à vous tous d’être venus au point de presse d’aujourd’hui.

En Haïti, un événement encourageant est la création récente d’un centre d’opérations d’urgence au palais présidentiel.

Le centre inclut des représentants de plusieurs ministères gouvernementaux clés, dont l’Eau potable et l’Assainissement, les Communications, la Santé et les Finances, ainsi que des représentants d’agences de l’ONU et d’autres partenaires.

Nous croyons que cela envoie un message clair quant à l’engagement et au leadership dont fait preuve le gouvernement haïtien au plus haut niveau.

Nous tous, membres de la communauté internationale, devrions continuer à nous demander et à nous rappeler sans cesse comment nous pouvons soutenir le mieux possible le peuple haïtien et son gouvernement dans sa réponse à la crise actuelle.

Nous nous attendons à voir le nombre de cas continuer à augmenter ainsi qu’à voir la maladie s’étendre de plus en plus.

Au cours du week-end, le choléra a continué à se propager dans six départements d’Haïti. On signale un nombre accru de cas dans les départements de l’Artibonite, du Centre, du Nord-Ouest et du Nord, ainsi que dans les départements du Sud et de l’Ouest.
 
En ce qui concerne l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, la capitale du pays, six communes ont signalé une augmentation des cas, en particulier Cité Soleil et Pétionville.

L’augmentation du nombre de cas à Cité Soleil est particulièrement inquiétante pour nous, puisque nous sommes au courant des conditions de pauvreté qui y règnent, dont le surpeuplement, une hygiène publique déficiente et un manque d’eau potable.

Par conséquent, l’OPS/OMS accorde actuellement beaucoup d’importance à la surveillance épidémiologique et à l’évaluation des risques, afin de pouvoir continuer à déterminer ces « points névralgiques » où le nombre de cas augmente rapidement. Nous pourrons ensuite nous servir de ces connaissances afin de mobiliser une réponse rapide, comprenant une bonne gestion de cas ainsi que la logistique et les fournitures requises, de même que la communication sociale visant à enseigner aux gens comment prendre soin des personnes qui tombent malades.

Nous nous attendons également à voir des cas de choléra en République dominicaine, et l’OPS/OMS travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé de la République dominicaine en vue de se préparer à toute flambée éventuelle dans ce pays.

Compte tenu de l’expérience vécue lors de l’épidémie de 1991, il est probable que le choléra s’étendra aussi au-delà des frontières de l’île, à d’autres pays des Amériques.

La semaine dernière, l’OPS/OMS et près de 50 partenaires internationaux et non gouvernementaux ont publié une stratégie commune, qui inclut des plans détaillés quant à la façon de soutenir les efforts visant à enrayer l’épidémie de choléra en Haïti et à en atténuer l’impact.

Cet appel se base sur une modélisation épidémiologique qui prédit l’apparition d’environ 200 000 cas au cours des 6 à 12 prochains mois. Vingt pour cent de ces cas exigeront une réhydratation intensive à l’aide de liquides et peut-être des antibiotiques. Ces estimations seront réévaluées selon les résultats des études en cours menées sur le terrain. D’autres cas symptomatiques mais moins graves seraient traités grâce à des soins ambulatoires ou au niveau communautaire.

La stratégie expose en détail comment l’OPS/OMS et d’autres partenaires internationaux prévoient aider Haïti à intensifier ses efforts en vue d’assurer un accès au traitement pour les personnes infectées, mais aussi la mise en œuvre de mesures de base qui briseront le cycle de l’infection par des améliorations concernant l’eau et l’hygiène publique et de meilleures pratiques hygiéniques de la part de la population.

Le cadre principal de la composante sanitaire de cet appel est le Plan national haïtien de lutte contre le choléra. Ce Plan vise à protéger les familles au niveau communautaire par une promotion de la santé et par une gestion de cas améliorée, et également par la réorganisation des services de santé dans de nouveaux centres de traitement du choléra et de nouvelles unités de traitement du choléra, au sein d’établissements de santé existants.

Une eau propre et une bonne hygiène publique sont les principales mesures préventives qui doivent être en place afin d’enrayer la transmission du choléra. À cette fin, les partenaires autant dans le domaine de la santé que dans le domaine de l’eau et de l’hygiène publique devront continuer à travailler ensemble à distribuer des approvisionnements tels que des comprimés pour purifier l’eau, des trousses d’hygiène et de l’eau potable.

La mise en œuvre de cette stratégie exigera environ 164 M$ en fonds internationaux. Nous avons bon espoir que cet appel international sera couronné de succès et que la coopération de toutes les organisations, de pair avec le leadership exercé par le gouvernement haïtien, aura finalement raison de l’épidémie.

Merci. Je vais m’arrêter ici et répondre à vos questions.

Mise à jour le Mercredi, 17 Novembre 2010 15:14
 

No. 295 Avenue John Brown, Port-au-Prince, Haiti,
Boite Postale 1330, Port-au-Prince, Haiti
Tel.:+509 28143000
Fax:+509 28143089 email e-mail@hai.ops-oms.org