Organisation Panaméricaine de la Santé. Haïti

Skip to content



Faits marquants

Dernières nouvelles

2010 : Une année de défis de santé pour Haïti

Grâce au soutien des partenaires, le secteur santé en Haïti réalise des progrès

Pour le secteur de la santé de Haïti, 2010 a été une année de défis sans précédent. Le séisme du 12 janvier a coûté la vie à plus de 200 000 Haïtiens, y compris 300 agents de santé, et il a blessé plusieurs milliers d'autres personnes, tout en causant de graves dommages et perturbant les infrastructures de santé, de service et d'approvisionnement. L'épidémie de choléra a ajouté de nouvelles difficultés alors que le secteur de la santé commençait à se rétablir et à se reconstruire. En dépit de tout cela, les fonctionnaires du ministère, les professionnels de santé et les bénévoles ont réussi à surmonter les obstacles et à réaliser d'importants progrès.

Malgré la destruction de son siège et la perte de personnel primordial, le Ministère de la Santé publique et de la Population de Haïti a élaboré et a commencé la mise en œuvre d'une stratégie de reconstruction du système de santé, dans le cadre d'un vaste plan d'action gouvernemental pour le redressement et le développement de Haïti. Cette stratégie comprenait des plans pour reconstruire 30 des 49 hôpitaux existant dans les trois départements les plus touchés par le tremblement de terre, et pour garantir des soins de santé gratuits aux groupes les plus vulnérables du pays.

Suite à l'épidémie de choléra fin octobre, les fournisseurs de soins de santé ont travaillé sans relâche jour et nuit pour sauver des vies et pour effectuer les soins aux malades, malgré le manque d'expérience sur cette nouvelle maladie. Les partenaires internationaux de Haïti, y compris les agences des Nations Unies et les ONG internationales, ont fourni un précieux soutien, en augmentant le personnel des hôpitaux et des autres établissements de santé avec des bénévoles qualifiés.

Après la déclaration des foyers initiaux, le Ministère de la Santé publique et de la Population de Haïti a lancé une stratégie nationale pour combattre l'épidémie, avec des initiatives visant à protéger les familles au niveau communautaire, à renforcer les centres de soins primaires de santé dans tout le pays, et pour établir un réseau de centres de traitement du choléra et des unités hospitalières spécialisées pour traiter les cas graves.

Un défi majeur a été la coordination de plus de 400 organisations et organismes participant à la réponse sanitaire au tremblement de terre et à l'épidémie de choléra. L'OPS/OMS a travaillé en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé publique et de la Population pour coordonner les interventions de ces partenaires et pour assurer le déploiement efficace et efficient du personnel et des fournitures.

Outre la prise en charge des soins critiques nécessaires contre l'épidémie de choléra, le Groupe Santé a également aidé à redémarrer les programmes décisifs de santé publique qui ont dû être interrompus à cause du séisme. Il s'agit notamment des programmes de lutte contre les épidémies et la santé environnementale, de vaccination, de santé maternelle et néonatale, de nutrition, de lutte contre la violence sexiste, contre le VIH, la tuberculose, le paludisme, la dengue, ainsi que des programmes de santé mentale, de prestation de services de santé et les services de réadaptation pour les personnes handicapées. En outre, les partenaires du Groupe de Santé ont participé à des missions d'évaluation, et ils ont organisé et géré la distribution de fournitures médicales. Ils ont également fourni leur expertise à des sites de surveillance épidémiologique, et ils ont aidé à la diffusion de rapports épidémiologiques hebdomadaires.

Les agentes de santé haïtiens se sont révélés être la force motrice de la reconstruction du secteur de la santé en Haïti. Ils ont travaillé dans des conditions très difficiles, allant de la perte de leurs proches et de leurs maisons à des menaces pour la sécurité. Malgré l'adversité, ils ont travaillé sans relâche pour soigner les malades et ils restent au premier plan des efforts visant à reconstruire leur pays.

Parmi les autre progrès vers la reconstruction du secteur de la santé de Haïti en 2010 se trouvent :

  • Quelques jours après le tremblement de terre, le Ministère de la Santé publique et de la Population, avec le soutien de l'OPS/OMS, a mis en place un système de surveillance pour six maladies transmissibles graves : rougeole, diphtérie, méningite, syndrome de fièvre hémorragique, paralysie flasque et rage. Le système recueille des données et établit une analyse sur base des informations fournies toutes les semaines par 52 sites. S'inspirant de ces efforts, un système d'alerte précoce a été mis en place en novembre pour enquêter sur les rumeurs de nouveaux cas et sur les décès de manière à assurer une action rapide.
  • L'entrepôt médical du Ministère de la Santé publique et de la Population, PROMESS, géré par l'OPS/OMS, a supervisé la distribution de médicaments, vaccins et fournitures médicales de qualité pour traiter plus de 100 000 patients atteints de choléra, en étroite collaboration avec d'autres partenaires du Groupe Santé. PROMESS a également maintenu la chaîne de froid pour les vaccins et les médicaments, en dépit des pénuries de carburant tout au long de l'année.
  • Moins de quatre mois après le tremblement de terre, Haïti a participé à la Semaine de la vaccination dans les Amériques, avec une manifestation de lancement à Fond Parisien, près de la frontière avec la République dominicaine. Les autres réalisations importantes de vaccination comprennent plus de 980 000 vaccins administrés à des groupes vulnérables dans les zones touchées par le séisme, et l'élaboration d'un plan stratégique sur cinq ans pour accélérer l'introduction du vaccin pentavalent (diphtérie-tétanos-coqueluche-hépatite B-Haemophilus influenzae de type b).
  • Avec le soutien de l'OPS/OMS, le Ministère de la Santé publique et de la Population a mis en place en juin 2010, un système pour fournir des soins de santé gratuits pour les enfants de moins de cinq ans, connu sous le nom de Soins Infantiles Gratuits (SIG). Le système fournit des services gratuits à travers un accord avec 27 des plus grands hôpitaux publics et privés, qui reçoivent des fonds pour la formation des agents de santé, le développement de centres de triage, l'achat de médicaments, et l'organisation des services pédiatriques.
  • Le programme de gratuité des soins obstétricaux (Soins Obstétricaux Gratuits ou SOG) a repris ses activités peu de temps après le tremblement de terre, et il a réussi à élargir en 2010 la gamme des services offerts aux femmes enceintes. Actuellement, 63 établissements de santé participent au programme SOG. Le nombre d'accouchements en établissement a augmenté en Haïti de 2 953 par mois en 2007 à 6 828 par mois en 2010. Le taux de mortalité maternelle dans les institutions du système SOG est de 120 décès pour 100 000 naissances, comparativement à l'estimation nationale de 630 décès pour 100 000 naissances.
  • L'OPS/OMS a élaboré et maintenu une base de données des établissements de santé en Haïti, avec une carte interactive sur Internet pour aider à coordonner le travail les partenaires de santé impliqués dans la réponse. L'OPS/OMS a également promu une utilisation plus large de la LSS/SUMA (Système de soutien logistique), qui fournit aux autorités nationales, organismes des Nations Unies, et autres organes de coordination les détails sur les marchandises et les fournitures promises et distribuées pendant la période d'urgence.
  • L'amélioration de la gestion des cas de choléra a contribué à réduire le taux de mortalité d'un maximum de 9 pour cent au début de l'épidémie à une moyenne de 2,1 pour cent à l'échelle nationale. Ceci a été rendu possible par la création de 87 centres de traitement du choléra et 162 unités de traitement du choléra (de plus petites unités associées aux établissements de santé existants), la distribution de sels de réhydratation orale dans des milliers de collectivités, la formation des agents de santé à l'aide de protocoles actualisés de prévention et de contrôle du choléra, et la formation et le déploiement de 10 000 agents de santé communautaires.
Ces réalisations des services de santé nationaux ont été possibles grâce à la contribution de centaines d'ONG, de plusieurs établissements de santé bilatéraux, tels que les CDC des États-Unis et la Mission médicale cubaine, ainsi que des nombreux organismes nationaux et provinciaux de coopération bilatérale.   

La reconstruction réussie du secteur de la santé du pays exigera également que les partenaires de santé et d'autres secteurs contribuent au développement d'un secteur de la santé haïtien fort, autonome et durable, en plus de fournir des emplois et des opportunités pour d'autres Haïtiens.

À cette fin, les partenaires du Groupe Santé ont convenu des objectifs suivants pour 2011 et au-delà :

  • Assurer l'accès à des services gratuits de santé de base pour la population, directement ou indirectement touchée par l'épidémie de choléra.
  • Renforcer les systèmes de surveillance pour être en mesure d'identifier les tendances dans la l'apparition des maladies et lutter contre les épidémies, y compris contre l'épidémie de choléra en cours.
  • Mettre en œuvre la participation de la communauté et la promotion de la santé.
  • Fournir rapidement une réponse opérationnelle aux communautés touchées par le choléra.
  • Aider le Ministère de la Santé publique et de la Population dans la coordination des interventions contre le choléra.
  • Renforcer les programmes de santé environnementale, y compris la qualité de l'eau et la promotion de la santé.
  • Améliorer la coordination du Groupe Santé pour la prestation de services plus efficaces et le partage d'information.
  • Fournir des réponses rapides et appropriées aux catastrophes et aux urgences de santé publique, y compris la planification d'urgence.
  • Renforcer et étendre la couverture des services liés au VIH.

Un autre objectif important est l'amélioration des conditions sanitaires. Le manque d'accès à l'eau potable, un assainissement insuffisant, la manipulation des aliments à risque dans les marchés et restaurants en plein air, la mauvaise gestion des cadavres, ainsi que l'élimination inadéquate des déchets humains et des ordures sont des problèmes critiques à résoudre. Des initiatives dans tous ces domaines, qui font appel à d'autres secteurs que celui de la santé tels l'eau et l'assainissement, sont vitales pour Haïti de manière à contrôler l'épidémie de choléra et à améliorer les conditions de santé.

L'OPS/OMS est engagée sur le long terme avec Haïti et continuera d'aider à coordonner les efforts de reconstruction, à fournir une coopération technique, et à renforcer le leadership national, en mettant l'accent sur la promotion de l'équité en santé, la lutte contre la maladie, et l'amélioration de la qualité de vie pour le peuple haïtien.

Video: One year One team 4Haiti

Mise à jour le Mercredi, 12 Janvier 2011 06:26
 
PAHO Campaigns
Publications portal
Publications portal

No. 295 Avenue John Brown, Port-au-Prince, Haiti,
Boite Postale 1330, Port-au-Prince, Haiti
Tel.:+509 28143000
Fax:+509 28143089 email e-mail@hai.ops-oms.org