Skip to content

L’OPS/OMS enquête sur les cas de paralysie survenus à Port-de-Paix, en Haïti

Les fonctionnaires de l’Organisation panaméricaine de la santé et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OPS/OMS) de pair avec leurs collègues du Ministère de la Santé Publique et de la Population de Haïti, et du Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) mènent une enquête sur quatre cas de paralysie survenus à Port-de-Paix, en Haïti, chez des patients du choléra en convalescence et il est fort probable qu’ils écartent, suite aux résultats de laboratoire, l’hypothèse de la polio comme cause potentielle.

Les experts, dont un certain nombre de toxicologues, enquêtent sur la possibilité qu’une contamination ayant eu lieu soit dans un hôpital ou au domicile des patients et provenant d’une médication, d’aliments ou de toute autre source soit à l’origine des décès survenus dans les cas concernés. Les fonctionnaires de l’OPS/OMS, du CDC et du MSPP conduisent actuellement des études de terrain et présenteront leurs conclusions dès que les résultats de laboratoire seront disponibles.

La polio a été l’une des premières hypothèses considérées en raison de son impact en matière de santé publique. Néanmoins, les caractéristiques cliniques et l’épidémiologie de ces cas, font de la poliomyélite une hypothèse très peu probable; en termes simples, la polio ne produit pas un taux élevé de mortalité. Bien que fort peu probable l’hypothèse de la polio n’a pas été totalement écartée, sous réserve de l’annonce des résultats des échantillons de laboratoire.

L’OPS/OMS a suggéré que les autorités sanitaires demeurent vigilantes dans l’éventualité d’autres cas potentiels et ont soutenu les autorités sanitaires locales dans la conduite de l’enquête  en fournissant un personnel technique, dont un certain nombre d’épidémiologistes, un clinicien et un infirmier spécialiste des vaccinations pour poursuivre l’investigation. Une infirmière travaillant pour le programme d’immunisation de l’OPS/OMS, a rapporté  lundi des échantillons prélevés auprès de quelques-unes des familles, lors d’une visite des collectivités affectées. Un clinicien de l’OPS/OMS ainsi qu’un conseiller en immunisation de l’OPS/OMS participent à l’enquête.

Les épidémiologistes de terrain de l’OPS/OMS et les autorités sanitaires locales du département du Nord-Ouest ont signalé pour la première fois, l’apparition d’une concentration de syndromes neurologiques sévères dans ce département, le 10 Janvier 2011.

A la date du 24 janvier, 2011,  quatre cas présentant des syndromes neurologiques aigus y compris trois décès dont la date d’apparition se situe entre novembre et décembre 2010, ont été signalés dans la région de La Pointe, la commune de Port-de-Paix et la commune avoisinante de Saint Louis du Nord. L’ensemble de ces cas avaient été reçus dans le même centre de traitement du choléra et sont revenus 2 à 4 jours plus tard avec des symptômes neurologiques, qui ont nécessité leur hospitalisation.

En collaboration avec le Directeur du Département du Nord-Ouest et les responsables locaux, des entretiens menés avec le personnel médical et les membres de leurs familles ont indiqué que les patients avaient été admis à l’hôpital entre début novembre et fin décembre. Ces patients hospitalisés parce que souffrant d’un choléra grave présentaient une paralysie ascendante bilatérale flasque d’apparition brutale, dans les 24 à 72 heures suivant la fin du traitement du choléra. Aucun autre cas n’a été détecté après l’enquête initiale sur le terrain dans le département du Nord-Ouest. Des échantillons de sang, de matières fécales et de FCS ont été prélevés sur un patient, dont on attend toujours les résultats de laboratoire. Les épidémiologistes de l’OPS et de l’OMS et les autorités sanitaires locales ont notifié la centrale d’alerte et d’intervention des cas détectés le 10 janvier.

Parmi les cas suspectés, quatre seulement présentaient des symptômes et signes compatibles avec une paralysie. Trois sont décédés et un d’entre eux est hospitalisé à Port-au-Prince. Il se remet lentement. Par mesure de prudence, le vaccin contre la polio a été inclus dans la campagne de vaccination à venir contre la diphtérie et la rougeole dans le département du Nord-Ouest.

La polio fut éradiquée des Amériques en 1994, trois ans après que le dernier cas ait été signalé à Junin, au Pérou. Une initiative mondiale d’éradication de la poliomyélite fut lancée en 1988 et réduisit l’incidence de la polio dans le monde entier de plus de 99%.  Lorsque cette initiative fut lancée en 1988, on constatait plus de 350 000 cas de paralysie d’enfants dans plus de 125 pays endémiques. En 2009, on constatait 1 595 cas de paralysie d’enfants dans 24 pays. Aujourd’hui, on ne compte plus que quatre pays endémiques : l’Afghanistan, l’Inde, le Nigéria et le Pakistan et au sein de ces pays affectés par une transmission endémique du virus de la polio, le nombre de cas de poliomyélite a diminué de 85% en 2010, par comparaison à la même période en 2009.

CONTACTS: OPS/OMS à Washington: Daniel Epstein, (202) 974-3459, (202) 316-5679 portable, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. OPS/OMS à Haïti: Nyka Alexander, portable: +509 3106-6750 ou 509 3701 9156, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

ENLANCES:

Mise à jour le Jeudi, 27 Janvier 2011 19:16

No. 295 Avenue John Brown, Port-au-Prince, Haiti,
Boite Postale 1330, Port-au-Prince, Haiti
Tel.:+509 28143000
Fax:+509 28143089 email e-mail@hai.ops-oms.org