-extrait du Bulletin Epidemiologique de l'OPS. Edition complète du No. 4, Vol. 21 (septembre 2000) disponible en anglais et en espagnol-

Définition de cas:
Syphilis

Justification de la surveillance
Depuis l'introduction de la pénicilline en 1946, l'incidence de la syphilis a chuté mais la maladie est réapparue à la fin des années 1960 pour se maintenir à des niveaux d'incidence élevés dans les pays en développement. Les pays développés connaissent désormais également des flambées et l'on observe une large recrudescence dans les pays en économie de transition. La prévalence de la syphilis chez les femmes enceintes renseigne sur les formes latentes et symptomatiques de la maladie dans ce groupe et minimise les problèmes associés à la notification générale des syndromes liés aux MST. Sous réserve de modifications en matière du comportement en ce qui concerne la recherche des soins, la prévalence de la syphilis chez les femmes enceintes peut être considérée comme une approximation de la prévalence générale dans la population.

Définition de cas recommandée
Description clinique
Les signes et les symptômes de la syphilis sont multiples. Le stade primaire comporte habituellement – mais pas toujours – une ulcération des organes génitaux externes et une lymphadénopathie locale : la syphilis secondaire et la syphilis tertiaire ont surtout des manifestations dermatologiques et systémiques. Pour la surveillance, seuls les cas confirmés (voir ci-dessous) seront pris en compte.

Cas confirmé
Personne à sérologie positive confirmée pour la syphilis (RPR – recherche rapide de la réagine plasmatique, ou test VDRL confirmé par le test de l'hémagglutination du Treponema pallidum (TPHA) ou par le test FTA-ABS d'immunofluorescence absorbée du tréponème).

Classification des cas
Syphilis congénitale
: Nourrisson à sérologie positive, que la mère ait ou non présenté une sérologie positive au cours de la grossesse.
Syphilis acquise : Tous les autres cas.

Surveillance recommandée
Seuls les cas confirmés doivent être notifiés vers les niveaux intermédiaires et central par :
· les rapports réguliers de la surveillance périodique
· la notification systématique individuelle de chaque cas ou la notification cumulée.

Surveillance par les laboratoires au moyen du dépistage chez les femmes enceintes
Notification systématique par les services de santé prénatale et par réseau sentinelle de ces services
Dépistage actif des cas à partir des études de prévalence chez les femmes enceintes.

Minimum d'informations à recueillir
Données cumulatives
· nombre de cas à sérologie positive par groupe d'âge, mois, zone géographique
· nombre de cas de syphilis congénitale par groupe d'âge, année, zone géographique et rapporté au nombre de femmes enceintes.

Indicateurs de résultats
· taux de faux positifs signalés par les sites du réseau sentinelle par rapport au nombre de tests TPHA/FTA-ABS effectués.

Principales utilisations des données dans le processus décisionnel
· documenter la prévalence de la syphilis en dépistant les femmes enceintes, comme indicateur de la population générale
· suivre les tendances de l'incidence
· plaider en faveur de la lutte contre la syphilis et des interventions
· identifier les zones à haut risque pour cibler davantage les interventions
· identifier les zones et les populations où il conviendrait d’intensifier les activités de prévention de l’infection par le VIH.

Retourner au début

 

Retourner au contenu du Bulletin Epidemiologique, No. 4, Vol. 21 (septembre 2000)
en anglais ou en espagnol