Zika : Un virus silencieux nécessitant une surveillance et un contrôle renforcés

1 Sep 2023
illustration of woman, baby  and mosquitos
1 Sep 2023

Washington, DC, 1er septembre 2023 (OPS) - Malgré une réduction mondiale des cas de Zika depuis 2017, la circulation de ce virus transmis par les moustiques a été confirmée dans 89 pays à travers le monde. Bien que les niveaux d'incidence restent faibles, des augmentations sporadiques ont été observées dans certains pays ces dernières années.

Le webinaire EPI-WIN : Virus Zika « tirer les leçons du passé, préparer l'avenir », a réuni des experts cette semaine pour discuter de la situation mondiale du Zika, ainsi que des mesures de suivi de sa transmission pour la préparation et la réponse rapide.

« La plupart des infections par ce virus sont asymptomatiques ou bénignes, ce qui rend leur détection par les systèmes de santé très difficile », a déclaré María Van Kerkhove, chef de l'unité Maladies émergentes et zoonoses à l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

En ce qui concerne les complications de la maladie, l'OMS a également averti que les femmes enceintes sont particulièrement sensibles à ses effets, car elle peut entraîner des malformations congénitales, telles que la microcéphalie, ainsi qu'une probabilité accrue de naissances prématurées ou d'avortements spontanés.

 

Situation dans les Amériques et mesures de contrôle

Depuis sa première détection au Brésil en mars 2015, la transmission locale du Zika a été confirmée dans tous les pays et territoires des Amériques, à l'exception du Chili continental, de l'Uruguay et du Canada. Dix pays représentent 89 % des cas de Zika enregistrés entre 2014 et 2023, le Brésil, la Colombie et le Venezuela étant en tête de liste.

Les données de l'Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) montrent que, contrairement à d'autres arbovirus tels que la dengue ou le chikungunya, qui ont causé respectivement plus de 3 millions et 324 000 cas jusqu'à présent en 2023, le Zika présente une incidence nettement plus faible, avec seulement 27 000 cas au cours de la même période.

« Il est essentiel d'établir un lien entre la surveillance des infections aiguës par le Zika et la manifestation d'autres syndromes neurologiques tels que la maladie de Guillain-Barre », a déclaré Thais dos Santos, conseillère pour la surveillance et le contrôle des maladies négligées dues aux arbovirus à l'OPS. « Si nous optimisons cette approche, nous serons mieux préparés à comprendre pleinement la maladie et à prendre des mesures préventives », a-t-elle ajouté.

« Le maintien d'un niveau adéquat de surveillance est crucial pour prévenir de futures épidémies », a déclaré Mme dos Santos, soulignant l'importance de disposer de diagnostics précis et abondants dans les laboratoires, ainsi que de former le personnel de santé à tous les niveaux et à toutes les phases de la maladie.

« Cela permettra de détecter le Zika à temps et, par conséquent, de mettre en œuvre des mesures de contrôle pertinentes et efficaces », a déclaré l'expert de l'OPS.

En mars 2022, l'OMS a lancé l'Initiative mondiale sur les arbovirus, qui vise à lutter contre les virus transmis par les moustiques, les mouches et les tiques, ainsi que par d'autres arthropodes émergents ou réémergent, qui présentent un potentiel épidémique ou pandémique.

« Grâce à cette initiative, nous souhaitons élaborer des lignes directrices pour la surveillance, la prise en charge clinique et le suivi des complications liées au Zika, et renforcer la surveillance environnementale et la lutte antivectorielle. La communication sur les risques, la recherche en santé publique et la collaboration entre les principales parties prenantes sont des éléments centraux de cet effort », a déclaré le Dr Van Kerkhove.