Rapport de l'ONU : 131 millions de personnes en Amérique latine et aux Caraïbes n'ont pas accès à une alimentation saine

19 jan 2023
Fruits, vegetables, and eggs
19 jan 2023

La région a le coût le plus élevé par rapport au reste du monde, avec 3,89 dollars par personne et par jour, alors que la moyenne mondiale est de 3,54 dollars.

19 janvier 2023, Santiago du Chili.- Le nouveau rapport des Nations Unies Aperçu de la sécurité alimentaire et nutritionnelle 2022 garantit que 22,5% des personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes n’ont pas les moyens suffisants pour accéder à une alimentation saine. Dans les Caraïbes, 52 % de la population a été touchée par cette situation; en Mésoamérique, ce nombre atteint 27,8% et en Amérique du Sud 18,4%.

La publication rapporte que 131,3 millions de personnes dans la région n’avaient pas les moyens de se payer une alimentation saine en 2020. Cela représente une augmentation de 8 millions par rapport à 2019 et est dû au coût quotidien moyen plus élevé de ce type de régime en Amérique latine et dans les Caraïbes par rapport au reste des régions du monde, atteignant dans les Caraïbes une valeur de 4,23 dollars, suivie de l’Amérique du Sud et de la Méso-Amérique avec 3,61 et 3,47 dollars. respectivement.

Le manque d’accès économique ou d’abordabilité d’une alimentation saine observé dans la région est également associé à différents indicateurs socioéconomiques et nutritionnels. Le rapport présente une relation claire avec des variables telles que le niveau de revenu d’un pays, l’incidence de la pauvreté et le niveau d’inégalité.

Le rapport a également révélé que l’augmentation des prix alimentaires internationaux enregistrée depuis 2020, en particulier après le début du conflit en Ukraine, et la hausse de l’inflation alimentaire supérieure à la généralité, ont accru les difficultés d’accès à une alimentation saine.

Le rapport comprend également des recommandations et des analyses politiques visant à améliorer la disponibilité et l’abordabilité des aliments nutritifs, principalement pour soutenir les personnes les plus vulnérables et les ménages à faible revenu qui consacrent une plus grande proportion de leur budget à l’alimentation.

« Aucune politique ne peut à elle seule apporter la solution à ce problème. Les mécanismes de coordination nationaux et régionaux doivent être renforcés pour répondre à la faim et à la malnutrition », a déclaré Mario Lubetkin, Sous-Directeur de la FAO et Représentant régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

« Pour contribuer à l’accessibilité financière d’une alimentation saine, il est nécessaire de créer des incitations à la diversification de la production alimentaire nutritive destinée principalement à l’agriculture familiale et aux petits producteurs, des mesures pour la transparence des prix de ces aliments sur les marchés et le commerce, des transferts monétaires et d’autres actions telles que l’amélioration des menus scolaires », a-t-il ajouté. Lubtekin a conclu.

Les politiques commerciales et de marché peuvent jouer un rôle clé dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition, car une transparence et une efficacité accrues réduisent l’incertitude et améliorent la prévisibilité et la stabilité du commerce agroalimentaire interrégional.

« Nous parlons de la région du monde où l’alimentation saine est la plus chère, qui touche particulièrement les populations vulnérables – petits exploitants agricoles, femmes rurales et populations autochtones et d’ascendance africaine – qui consacrent un pourcentage plus élevé de leurs revenus aux achats alimentaires », a déclaré Rossana Polastri, Directrice régionale du FIDA. « Pour inverser cette situation, nous devons promouvoir des solutions innovantes qui diversifient la production et augmentent l’offre d’aliments sains et améliorent l’accès des petits exploitants aux marchés et aux aliments de qualité. »

Le rapport décrit également comment certains programmes de protection sociale sensibles à la nutrition ont fonctionné, qui sont essentiels pour soutenir les régimes alimentaires des populations les plus vulnérables, en particulier dans les situations de crise.

« L’insécurité alimentaire continuera d’augmenter en raison de la crise des prix des denrées alimentaires et du carburant provoquée par le conflit en Ukraine et les conséquences de la COVID-19 », a déclaré Lola Castro, Directrice régionale du PAM. « Nous devons agir maintenant, mais comment pouvons-nous le faire ? Aider les gouvernements à élargir les filets de sécurité sociale parce que la pandémie a démontré une fois de plus que la protection sociale est utile pour améliorer l’accessibilité financière à une alimentation saine en empêchant des crises comme celle-ci de frapper encore plus durement les populations touchées.

D’autres politiques alimentaires, telles que l’étiquetage nutritionnel, le subventionnement des aliments nutritifs et la taxation des aliments à haute densité énergétique et à valeur nutritionnelle minimale qui ne contribuent pas à une alimentation saine, si elles sont bien conçues, pourraient jouer un rôle dans la fourniture d’une alimentation saine et la prévention des maladies liées au surpoids et à l’obésité.

« Nous devons redoubler d’efforts pour lutter contre la malnutrition sous toutes ses formes en promouvant des politiques publiques visant à créer des environnements alimentaires sains, à éliminer les gras trans produits industriellement, à mettre en œuvre un étiquetage d’avertissement frontal, à réglementer la publicité des aliments malsains, à taxer les boissons sucrées et à soutenir les politiques en matière d’alimentation saine et d’activité physique dans les écoles. » , a déclaré la directrice de l’OPS, Carissa F. Etienne. « Comprendre les facteurs qui déterminent les mauvaises pratiques alimentaires est essentiel pour trouver des solutions et faire en sorte que tout le monde dans la région puisse accéder à une alimentation saine », a-t-il déclaré.

Par exemple, les pays où les niveaux de pauvreté et d’inégalité sont plus élevés ont tendance à avoir plus de difficultés à accéder à une alimentation saine. Ceci est directement associé à une prévalence plus élevée de la faim, de la malnutrition chronique chez les enfants et de l’anémie chez les femmes âgées de 15 à 49 ans.

« Pour que les enfants grandissent en bonne santé, il n’est pas seulement urgent d’assurer la disponibilité d’aliments nutritifs à des prix abordables. Il est également nécessaire d’élaborer des politiques publiques qui garantissent une nutrition adéquate, en plus des conseils nutritionnels, en concentrant les actions sur les populations les plus vulnérables », a déclaré Garry Conelli, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

Les perspectives socioéconomiques pour l’Amérique latine et les Caraïbes ne sont pas encourageantes; Les groupes de population les plus touchés sont les enfants de moins de 5 ans et les femmes, qui souffrent d’une prévalence plus élevée de l’insécurité alimentaire que les hommes.

L’Aperçu régional de la sécurité alimentaire et nutritionnelle 2022 est une publication conjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO); le Fonds international de développement agricole (FIDA); l’Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS); le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le nombre de personnes souffrant de la faim dans la région continue d’augmenter

Entre 2019 et 2021, le nombre de personnes souffrant de la faim dans la région a augmenté de 13,2 millions, atteignant un total de 56,5 millions de personnes souffrant de la faim en 2021, une situation qui a également été affectée par l’impact de la pandémie de COVID-19. Une augmentation menée par l’Amérique du Sud, où 11 millions de personnes supplémentaires ont souffert de la faim. Entre 2019 et 2021, la faim a atteint une prévalence de 7,9% en Amérique du Sud, 8,4% en Mésoamérique et 16,4% dans les Caraïbes.

En ce qui concerne l’insécurité alimentaire modérée ou sévère, en 2021, 40,6% de la population régionale a connu cette situation, contre 29,3% de la population mondiale. L’insécurité alimentaire sévère est également plus répandue dans la région (14,2 %) que dans le monde (11,7 %).

D’autres chiffres présentés dans le rapport indiquent que la région connaît une évolution significative de la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans. En 2020, ce chiffre était de 11,3 % en Amérique latine et dans les Caraïbes, soit environ 10 points de pourcentage de moins que la moyenne mondiale. Cependant, 3,9 millions d’enfants de moins de 5 ans sont en surpoids.