La résurgence du choléra en Haïti rappelle la rapidité de propagation des maladies, selon la directrice de l'OPS

12 oct 2022
Hombre lavandose las manos
12 oct 2022

Des urgences sanitaires parallèles mettent la région sous pression et soulignent l'importance de systèmes de santé résilients.

Washington D.C., 12 octobre 2022 (OPS) - La directrice de l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS), le Dr Carissa F. Etienne, a déclaré que la récente épidémie de choléra en Haïti, l'augmentation constante des cas de variole du singe, les infections continues a la COVID-19 et les faibles taux de vaccination contre la polio renforcent la nécessité de se préparer aux urgences sanitaires dans la région des Amériques.

"Les urgences sanitaires parallèles et les environnements sociaux, politiques et naturels fragiles illustrent l'importance d'investir dans les systèmes de santé et de les renforcer", a déclaré le directeur aujourd'hui lors d'un point de presse.

"Nous n'avons pas le temps de nous remettre et de nous préparer entre deux crises sanitaires", a-t-elle ajouté. Après plus de trois ans, Haïti a signalé la semaine dernière une épidémie de choléra, alors que le pays était sur le point d'être déclaré exempt de cette maladie.  

Au 9 octobre, les autorités nationales ont confirmé 32 cas et 18 décès, ainsi que plus de 260 cas suspects dans la zone entourant la capitale Port-au-Prince. 

"Le choléra est arrivé dans un contexte de troubles sociaux et politiques graves", a déclaré le Dr Etienne, ce qui "complique les efforts pour fournir une aide humanitaire et répondre à l'épidémie". 

Elle a ajouté que les cas sont probablement beaucoup plus nombreux que les chiffres rapportés, car l'escalade de la violence de rue et les activités criminelles limitent l'accès aux zones touchées. 

L'OPS soutient les autorités haïtiennes et les partenaires internationaux dans la mise en place de centres de traitement du choléra. L'Organisation a fait don de deux tonnes de fournitures médicales et aide le ministère de la Santé dans ses efforts de surveillance et de gestion des cas. 

"Nous sommes également prêts à aider le gouvernement à accéder rapidement à des fournitures de vaccins", a ajouté le directeur de l'OPS.  

En ce qui concerne la variole du singe, le Dr Etienne a déclaré que les Amériques rapportent maintenant plus de 45 000 cas, ce qui représente 63% du total mondial. Environ 95 % de ces cas concernent des hommes. 

Et bien que la propagation du virus semble ralentir, plus de 2 300 nouveaux cas de monkeypox ont été signalés dans les Amériques la semaine dernière - la majorité aux États-Unis, mais aussi des centaines au Brésil, en Colombie et au Mexique. 

L'OPS a commencé à livrer des vaccins contre la variole du singe dans la région, a indiqué le Dr Etienne, le Brésil et le Chili étant les premiers pays parmi ceux qui ont demandé des doses à recevoir un premier lot la semaine dernière.  

"Nous savons comment suivre cette maladie. Nous savons qui est le plus à risque. Et nous savons comment protéger les gens de l'infection", a déclaré le Dr Etienne, qui a exhorté les pays à utiliser ces connaissances pour faire baisser le nombre de cas et mettre fin à la transmission de la variole du singe.

La directrice de l'OPS a déclaré que les tendances à la baisse du COVID-19 dans le monde, y compris dans les Amériques, montrent que "nous sommes peut-être en train de passer de la phase aiguë de la pandémie à une phase de contrôle durable". 

Mais elle a prévenu que cela ne sera possible qu'avec des tests continus et une vaccination accrue. La semaine dernière encore, les Amériques ont signalé 178 000 nouveaux cas de COVID-19. 

Si plus de 70 % des habitants d'Amérique latine et des Caraïbes sont désormais complètement vaccinés contre le virus, de nombreux pays n'ont pas encore atteint cet objectif, 10 pays et territoires n'ayant pas encore franchi la barre des 40 %.

La directrice a également renouvelé son appel aux pays pour qu'ils agissent contre la polio en augmentant la couverture vaccinale et la surveillance. Elle a indiqué que quatre pays de la région - le Brésil, la République dominicaine, Haïti et le Pérou - présentent un "risque très élevé" de transmission de la polio, et que huit autres sont considérés comme à haut risque. 

La polio, une maladie pour laquelle il n'existe ni remède ni traitement, doit rester dans le passé, a insisté le Dr Etienne. "Avec des vaccins efficaces et des décennies d'expérience en matière d'immunisation, nous avons le pouvoir de l'y maintenir." 

"Notre Région est sous pression", a conclu le directeur de l'OPS. "Nous devons travailler rapidement avec les outils dont nous disposons pour contrôler ces quatre urgences sanitaires qui se développent dans les Amériques."