La santé doit être au cœur des plans nationaux de lutte contre le changement climatique

23 nov 2023
Polluted air
23 nov 2023

Genève, le 23 novembre 2023 (OMS) - À la veille de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP-28), l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié son "Examen 2023 de la santé dans les contributions déterminées au niveau national et les stratégies à long terme" (en Anglais), qui met en évidence les mesures à prendre pour que la santé des populations soit pleinement prioritaire et intégrée dans les plans nationaux de lutte contre le changement climatique.

Le changement climatique nuit déjà à la santé et au bien-être des personnes. Qu'il s'agisse des maladies causées par des phénomènes climatiques extrêmes, de l'incidence et de la propagation accrues des maladies à transmission vectorielle ou de l'augmentation des maladies cardiovasculaires et respiratoires causées respectivement par les chaleurs extrêmes et la pollution atmosphérique, les effets du climat sur la santé humaine sont inéluctables.

"La santé de l'homme et celle de notre planète sont inextricablement liées et, après des années de promesses, il est urgent d'agir pour protéger l'une et l'autre", a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS. "Seules des politiques climatiques axées sur les résultats sanitaires permettront de prendre les mesures nécessaires pour sauver des vies, prévenir des maladies et construire des sociétés plus saines et plus équitables."

Intégration de la santé dans les stratégies climatiques nationales

Des progrès significatifs ont été réalisés dans l'intégration de la santé dans les contributions déterminées au niveau national (CDN) et les stratégies à long terme de faibles émissions et de développement (LT-LEDS), les principaux instruments politiques visant à réduire les émissions et à renforcer la résilience climatique, comme le prévoit l'Accord de Paris.

91 % des CDN disponibles intègrent désormais des considérations sanitaires, contre 70 % de celles qui rendront compte en 2019. Par rapport aux cycles précédents de plans nationaux pour le climat, des objectifs et des politiques climatiques inclusifs et favorables à la santé sont de plus en plus élaborés pour l'atténuation, l'adaptation, les moyens de mise en œuvre, les pertes et dommages, et les stratégies de développement durable à long terme.

"Les pays ont fait des progrès considérables en reconnaissant la menace que le changement climatique fait peser sur la santé humaine et planétaire dans leurs plans nationaux de lutte contre le changement climatique, mais nous devons voir ces engagements renforcés, accélérés et financés de manière adéquate pour garantir une réponse équitable qui protège la santé et les moyens de subsistance des générations actuelles et futures", a déclaré le Dr Maria Neira, directrice du département Environnement, changement climatique et santé de l'OMS.

Une action urgente est nécessaire pour prévenir les décès dus à la pollution de l'air

Malgré ces progrès, il reste d'énormes lacunes dans les mesures prises. Une action ambitieuse contre la pollution atmosphérique permettra de sauver des vies, mais seulement 16 % des maladies non transmissibles comprennent des objectifs, des mesures ou des politiques autonomes visant à réduire la pollution atmosphérique.

La pollution atmosphérique est l'un des plus grands risques environnementaux pour la santé. La pollution de l'air ambiant (extérieur) et domestique est à l'origine d'environ sept millions de décès prématurés chaque année, dus à des cardiopathies ischémiques, des accidents vasculaires cérébraux, des cancers du poumon et des maladies respiratoires telles que l'asthme et la pneumonie, qui touchent de manière disproportionnée les enfants dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

En intensifiant les mesures de réduction des émissions de carbone, les pays bénéficieront également d'avantages plus larges en matière de santé. Par exemple, en encourageant la marche et le vélo et en soutenant l'adoption de régimes alimentaires durables et sains, on améliore la santé tout en réduisant l'impact sur le climat.

En outre, on peut s'attendre à ce que les pays récoltent des bénéfices en matière de santé qui dépassent les investissements financiers nécessaires pour atténuer le changement climatique. Par exemple, la stratégie à long terme des États-Unis d'Amérique estime que les améliorations de la qualité de l'air qui résulteraient de la mise en œuvre de mesures d'atténuation du changement climatique pourraient permettre d'éviter jusqu'à 300 000 décès et 150 à 250 milliards USD de dommages sanitaires et climatiques d'ici à 2030. De même, les LT-LEDS (Stratégies de Développement à Faibles Émissions) d'autres pays, dont les Fidji, le Maroc et l'Espagne, reconnaissent que la réalisation des objectifs d'atténuation du changement climatique permettra de réaliser des économies grâce à la réduction de la pollution atmosphérique.

L'action climatique axée sur la santé est sous-financée

Le financement durable du climat est essentiel pour l'adaptation de la santé, l'atténuation et le développement résilient au climat, mais la santé reste chroniquement sous-financée dans les plans nationaux de lutte contre le changement climatique.

La capacité des pays à s'engager dans des actions d'adaptation et d'atténuation du changement climatique dépend fortement de leur capacité financière, et trop souvent les pays les plus vulnérables aux impacts de la crise climatique sont ceux qui n'ont pas les ressources nécessaires pour financer l'action climatique.

La plupart des pays dépendent du soutien financier international pour l'action climatique. Seule une CDN sur dix prévoit un financement national pour tout ou partie de ses actions en faveur de la santé et seule une stratégie à long terme sur cinq comporte des dispositions spécifiques en matière de financement de la santé, telles que des taxes, des prélèvements et des mécanismes de tarification du carbone.

Malgré cette dépendance à l'égard du financement multilatéral de la lutte contre le changement climatique, seuls 2 % du financement de l'adaptation et 0,5 % du financement global de la lutte contre le changement climatique sont actuellement alloués à des projets qui visent explicitement à protéger ou à améliorer la santé humaine.

Pour garantir une réponse équitable et efficace au changement climatique, l'OMS demande aux mécanismes multilatéraux de financement du climat d'allouer davantage de fonds aux politiques et initiatives qui visent explicitement à protéger ou à améliorer la santé humaine.

La santé à la COP-28

L'OMS continue d'aider les pays à protéger la santé en mettant en place des systèmes de santé résilients au climat, en réduisant les émissions de carbone liées aux soins de santé et en suivant les progrès réalisés à l'échelle mondiale. 

L'OMS collabore avec la présidence de la COP28 pour piloter la toute première journée consacrée à la santé lors de la COP du 3 décembre 2023 et de la réunion des ministres de la Santé et du Climat, soulignant le besoin urgent d'accélérer l'action climatique axée sur la santé à tous les niveaux.