Le Directrice de l'OPS/OMS appelle à combler les lacunes en matière d'immunisation pour tous les vaccins, y compris le COVID-19

25 avr 2022
Directora de la OPS en el lanzamiento de Semana de Vacunación en las Américas
25 avr 2022

En 2020, 2,7 millions d'enfants des Amériques n'ont pas reçu les vaccins nécessaires pour les maintenir en bonne santé , tandis qu'on estime que 230 millions de personnes dans la région n'ont pas encore reçu une seule dose de vaccin COVID-19.

Roseau, Dominique, 25 avril 2022 (OPS/OMS) - En 2020, 2,7 millions d'enfants de la région des Amériques n'ont pas reçu les vaccins essentiels à leur santé en raison des perturbations des services de santé causées par la pandémie de COVID-19, a averti la directrice de l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS), Carissa F. Etienne, appelant à combler toutes les lacunes dans la couverture vaccinale, y compris celles de la COVID-19.

"Alors que nous travaillions dur pour protéger nos populations contre la COVID-19, nos programmes de vaccination de routine ont été sévèrement touchés", a déclaré le Dr Etienne lors du lancement de la 20e semaine de la vaccination dans les Amériques à Roseau, en Dominique. "Mais même avant que la COVID-19 ne paralyse le monde, la couverture vaccinale systématique était tombée en dessous des niveaux optimaux", a-t-elle déclaré.

Selon la directrice de l'OPS/OMS, les deux dernières années ont fait reculer près de trois décennies de progrès dans la vaccination contre la polio et la rougeole, créant un risque réel de réintroduction de ces maladies. "Aujourd'hui, nous sommes revenus aux mêmes niveaux de couverture vaccinale qu'en 1994, lorsque ces maladies représentaient encore une menace sérieuse pour nos enfants, nos familles et nos communautés", a-t-elle déploré.

Le Dr Etienne a prévenu que "si cette situation perdure, nous paierons un lourd tribut en vies perdues, en handicaps accrus et en coûts financiers énormes".

Depuis l'introduction des vaccins COVID-19 dans la région il y a 15 mois, plus de 66% des personnes en Amérique latine et aux Caraïbes ont été entièrement vaccinées. Toutefois, selon le Dr Etienne, cette réalisation fondamentale n'est pas suffisante. "Il reste encore un long chemin à parcourir pour garantir que toutes les populations à risque reçoivent les doses dont elles ont besoin pour se protéger", a-t-elle déclaré.

"L'inégalité d'accès aux vaccins COVID-19 et l'hésitation généralisée à l'égard des vaccins ont révélé des fissures inquiétantes dans notre paysage régional", a-t-elle déclaré, ajoutant qu'"il s'agit d'un dilemme qui doit être résolu le plus tôt possible". Il a déclaré que la Semaine de la vaccination "est l'occasion de dissiper les doutes et de promouvoir les avantages de la vaccination".

Les Amériques sont à l'avant-garde de l'éradication de la variole, de l'élimination de la polio, de la rougeole et de la rubéole, et de l'introduction précoce de nouveaux vaccins tels que ceux contre le pneumocoque, le papillomavirus humain et le rotavirus, entre autres. Cette année, les pays et territoires de la région prévoient de vacciner environ 140 millions de personnes dans le cadre de la Semaine de la vaccination, qui fête son 20e anniversaire.

Citations de présidents, ministres et partenaires de la région, prononcées en personne ou en vidéo lors de l'événement de lancement.

Reginald Austrie, Premier ministre par intérim de la Dominique
"Le soutien de l'OPS/OMS au cours des deux dernières années a été inestimable. La Dominique a pu lutter contre la COVID-19, limiter les décès et réduire l'impact du virus. La Dominique a vacciné plus de 41% de sa population contre la COVID-19, nous devons nous assurer que les vaccins sont disponibles pour tous. Nous avons été l'un des premiers pays à recevoir des doses données dans la région et aussi du mécanisme COVAX. Les vaccins sont disponibles depuis très longtemps. L'accès aux vaccins n'a pas été un problème pendant la pandémie, et pourtant nous voulons continuer à augmenter la couverture vaccinale".

Gabriel Boric, Président du Chili
"Il ne fait aucun doute que les vaccins ont eu une importance considérable dans notre histoire récente et en particulier ces dernières années dans le contexte de la pandémie. Et face à des mouvements qui remettent parfois en question l'efficacité ou le sens de ces processus de vaccination de masse, nous ne pouvons que défendre les acquis de la science qui, grâce à la collaboration entre scientifiques du monde entier, a mis au point des mécanismes permettant de lutter contre des situations aussi terribles que la pandémie. Mais nous sommes aussi dans le besoin, car les taux de vaccination dans les différents pays d'Amérique latine sont encore très différents. Et nous sommes ici dans une situation où soit nous nous sauvons ensemble, soit nous coulons séparément".

Guillermo Lasso, Président de l'Équateur 
"Après avoir été confronté à la pandémie de COVID, le monde a compris l'importance des vaccins. Non seulement ils ont sauvé des vies, mais ils ont été déterminants pour le retour à une vie normale. La vaccination est le meilleur allié pour prévenir et nous protéger des maladies. Nous le constatons avec la baisse drastique du COVID, avec des hôpitaux décongestionnés et des lits de soins intensifs vides. Cela a été rendu possible par notre couverture vaccinale COVID, qui a permis de vacciner près de 9 équatoriens sur 10".

Xiomara Castro, Présidente du Honduras
"En cas de crise pandémique, la couverture vaccinale régulière a diminué. Je lance donc un puissant appel pour renforcer les programmes nationaux de vaccination et investir de manière responsable tout ce qui est nécessaire pour garantir des soins de santé de qualité, gratuits et universels dans nos territoires, en particulier dans les secteurs les plus vulnérables. Je me joins à l'appel de l'OPS et de l'OMS en nous engageant à articuler tous les efforts possibles pour amener la vaccination dans tous les coins du pays, sans ignorer ni discriminer personne".

Dr Irving McIntyre, Ministre de la Santé, du bien-être et des nouveaux investissements dans la santé, Dominique
"Le programme élargi de vaccination de la Dominique offre une vaccination gratuite, au niveau de la santé primaire, tout au long de la vie contre des maladies telles que la diphtérie, la rougeole, le tétanos, la coqueluche, les oreillons, la rubéole, la polio et l'hépatite. En 2019, nous avons également introduit le vaccin contre le papillomavirus. Nous avons l'un des taux de couverture les plus élevés, avec près de 92 % chez les adolescents. Plus récemment, nous avons introduit les vaccins COVID-19 et plus de 43% de la population totale a été entièrement vaccinée. Pour tirer parti des vaccins COVID-19 et accélérer la vaccination, nous avons dû prendre des mesures non traditionnelles en cette période sans précédent, comme l'activation de l'équipe mobile de vaccination et la création d'un certificat de vaccination virtuel."

Dr Rochelle Walensky, Directrice des Centres américains de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC).
"Des décennies d'efforts consacrés à la mise en place de programmes de vaccination dans le monde entier, menés en collaboration avec les programmes de santé publique des pays, ont permis de jeter les bases de notre capacité à vacciner le monde contre le COVID-19. Le fait de s'appuyer sur le travail effectué pour renforcer rapidement le soutien à la vaccination contre le COVID-19 apportera de nombreux dividendes futurs lorsque nous vaccinerons contre d'autres maladies. Nous ne pourrons atteindre nos objectifs que si nous travaillons ensemble. Vous avez le gouvernement des États-Unis comme partenaire dans ce travail."

Dr. Carla Barnett, Secrétaire Générale de la Communauté des Caraïbes (CARICOM)
"La vaccination a permis aux Caraïbes d'éliminer la rougeole, la variole, la polio ainsi que la rubéole et le syndrome de rubéole congénitale. Malheureusement, selon l'OPS, le taux d'utilisation des vaccins COVID-19 est inférieur à la moyenne, et l'on observe un changement dans la trajectoire des vaccinations infantiles. Afin de s'attaquer au problème de la résistance aux vaccins, le Secrétariat de la CARICOM collabore avec la CARPHA, l'OPS, la société civile et d'autres organismes pour redoubler et accélérer les efforts d'information et d'éducation du public afin de lutter contre la désinformation, les mythes et les autres facteurs qui poussent à l'hésitation en matière de vaccination."