L'achat de vaccins COVID-19 va s'accélérer, affirme la directrice de l'OPS/OMS

29 sep 2021
vaccin COVID-19

La directrice a souligné la nécessité de stratégies multiples pour accroître l'accès aux vaccins COVID-19, notamment en augmentant la production mondiale de vaccins "en tirant parti de l'expertise et des capacités de régions comme la nôtre."

Washington, D.C. 29 septembre 2021 (OPS/OMS) - La directrice de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), Carissa F. Etienne, a annoncé aujourd'hui que l'organisation a conclu un accord avec Sinovac et est en discussions avancées avec d'autres fabricants pour acheter des vaccins COVID-19 supplémentaires pour des pays afin de compléter les accords bilatéraux, les dons et les doses reçues via le mécanisme international COVAX. 

 "Nous avons conclu un accord avec Sinovac et avons commencé à accepter des commandes qui seront prêtes à être livrées cette année, et nous prévoyons de signer de nouveaux accords dans les prochains jours pour acheter des vaccins ayant reçu l'approbation de la liste d'utilisation d'urgence d'autres fournisseurs pour 2021 et 2022", a-t-elle déclaré aux journalistes lors d'un point de presse. 

Le Dr Etienne a également déclaré que l'OPS/OMS a jusqu'à présent aidé COVAX à livrer 50 millions de doses, y compris près de 14 millions de doses données. "Nous avons la capacité d'accroître rapidement ce soutien, et nous exhortons donc les pays à ne pas retarder leurs dons, car des vies sont en jeu aujourd'hui." COVAX est un mécanisme international codirigé par l'OMS, l'Alliance Vaccine GAVI, la Coalition pour les innovations de préparation aux épidémies CEPI et l'UNICEF pour rendre la distribution du vaccin COVID-19 plus équitable. 

Le Dr Etienne a également appelé à développer les capacités de production dans la région "afin de mettre en place un approvisionnement plus durable et plus fiable en vaccins et en technologies médicales". Elle a souligné les progrès d'une plateforme dirigée par l'OPS/OMS pour accélérer le développement et la production de vaccins à ARNm. La semaine dernière, l'organisation a annoncé la sélection de deux centres en Argentine et au Brésil pour développer des vaccins COVID-19 en utilisant la même technologie que celle utilisée par Pfizer et Moderna.

"Il s'agit d'une initiative stratégique car la technologie ARNm peut également être utilisée pour développer d'autres vaccins contre des virus pour des problèmes de santé publique pertinents dans notre région, comme le Zika, la dengue et autres", a-t-elle déclaré.

L'OPS/OMS invite également les fabricants pharmaceutiques publics et privés capables de développer et de produire des composants essentiels pour les vaccins à ARNm à faire partie de sa plateforme régionale", a ajouté le Dr Etienne.

Elle a noté que plus d'un milliard de doses du vaccin COVID-19 ont été administrées dans les Amériques depuis qu'il est devenu disponible en 2021, mais que seulement 35% des personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes ont été entièrement vaccinées.

Alors que le Canada, le Chili, l'Uruguay et Porto Rico aient entièrement vacciné plus de 70% de leur population, dix pays et territoires de la région n'ont pas encore atteint 20% de leur population. Il s'agit du Nicaragua, de la Jamaïque, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, du Guatemala, du Venezuela, de Sainte-Lucie, des Bahamas, du Honduras et de la Grenade. En Haïti, moins de 1% de la population a été protégée jusqu'à présent, a déclaré le Dr Etienne.

Elle a ajouté que les Amériques ont signalé la semaine dernière près de 1,5 million de nouvelles infections de COVID-19 et plus de 26 000 décès liés à la COVID-19, plus que toute autre région. En Amérique du Nord, le Canada est témoin d'une augmentation des infections et des décès liés à la COVID-19. Aux États-Unis, les cas ont diminué au cours de la semaine dernière, mais les décès ont augmenté. Pendant la même période, le Mexique a signalé une diminution de la transmission, a-t-elle ajouté.

La plupart des petites îles des Caraïbes voient une augmentation des cas, les hôpitaux de Sainte-Lucie faisant état d'une pénurie de personnel et d'oxygène alors que les hospitalisations continuent d'augmenter. Dans de nombreux pays et territoires, "l'épuisement professionnel des travailleurs de la santé reste une préoccupation, car les hôpitaux sont surchargés de patients avec la COVID-19", a déclaré le Dr Etienne.