Le directeur de l’OPS et les ministres de la Santé des Amériques discutent de l’intérêt renouvelé pour les soins de santé primaires

5 avr 2023
Patient talks to health care providor
5 avr 2023

Le dialogue de haut niveau à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé vise à motiver l’action pour relever durablement les défis sanitaires de la Région en renforçant le premier niveau de soins

Washington D.C. 5 avril 2023 (OPS) – Le Directeur de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), le Dr Jarbas Barbosa, a participé à un dialogue de haut niveau avec les ministres de la Santé et d’autres dirigeants de la santé des Amériques pour discuter des moyens de renforcer et de transformer les systèmes de santé dans la région, en utilisant l’approche des soins de santé primaires, pour faire face aux défis actuels et se préparer aux futures urgences sanitaires.

L’événement, intitulé, anté pour tous : renforcer les soins de santé primaires pour bâtir des systèmes résilients, a eu lieu aujourd’hui dans le cadre des commémorations de la Journée mondiale de la Santé et pour honorer l’Organisation mondiale de la Santé à l’occasion du 75e anniversaire de sa création. Le Directeur de l’OPS était accompagné du Dr Nisia Trinidade Lima, Ministre de la Santé du Brésil, du Dr Frank C.S. Anthony, Ministre de la Santé du Guyana, du Dr Francisco Alabi, Ministre de la Santé du Salvador, de Juan Núñez Guadarrama, Coordinateur de la Coalition México Salud-Hable, et du Dr Jaime Urrego, Vice-Ministre de la Santé publique de la Colombie.

Au cours du dialogue, le Dr Barbosa a souligné certaines des réalisations en matière de soins primaires dans les Amériques au cours des dernières décennies, notamment l’augmentation de l’espérance de vie, l’éradication de la transmission endémique de la rougeole, de la rubéole et de la rubéole congénitale, et la réduction de la mortalité infantile.

Malgré ces progrès, cependant, les faibles niveaux d’investissement, la fragmentation des systèmes de santé et la capacité de réponse limitée au premier niveau de soins signifient que des obstacles à l’accès à la santé subsistent, affectant de manière disproportionnée les plus vulnérables.

La pandémie de COVID-19 a également « exposé, exacerbé et créé des défis structurels pour le système de santé » qui ont encore aggravé les inégalités et affecté la capacité de réponse et les résultats dans le domaine de la santé publique, a déclaré le directeur.

« Nous aspirons à développer et à mettre en place des systèmes de santé capables de se préparer et de répondre efficacement à une situation d’urgence, de maintenir les fonctions de base en cas de crise, et de se réorganiser et de se transformer si les conditions l’exigent », a déclaré le Dr Barbosa.

Le Directeur de l’OPS a également souligné que l’expansion des soins de santé primaires est essentielle pour faire face au fardeau des maladies non transmissibles (MNT), d’autant plus que 240 millions de personnes vivent actuellement avec une maladie chronique dans les Amériques.

Pour mettre l’accent sur les soins de santé primaires, le Dr Barbosa a exhorté les pays à renforcer la gestion des autorités sanitaires, la gouvernance des systèmes de santé, à améliorer l’autonomisation sociale et à développer des services de santé intégrés axés sur les soins primaires.

« Le rôle de leadership des autorités sanitaires nationales est indéniable », a ajouté le Dr Barbosa, remerciant les ministres d’avoir participé au dialogue.

Les pays doivent maintenant investir dans « la création, le renforcement et l’institutionnalisation d’espaces de participation sociale où les gens peuvent apprendre, participer, s’impliquer et tenir les dirigeants et les systèmes de santé responsables de répondre aux besoins collectifs », a-t-il ajouté.

« La réalisation de la santé universelle dans notre Région exige nos efforts conjoints et notre collaboration. De la part de l’Organisation panaméricaine de la santé, nous réitérons notre engagement à fournir toutes nos capacités techniques pour aider les États membres à atteindre cet objectif.»


Citations de ministres de la Santé


Dr Frank C.S. Anthony, Ministre de la santé du Guyana

« Nous reconnaissons que les soins de santé primaires sont le fondement de notre système de soins de santé et c’est pourquoi nous accordons tant d’importance au développement des soins de santé primaires, pour donner aux gens l’accès, pour nous assurer que les gens ont une gamme élargie de services qu’ils peuvent obtenir et aussi pour les rapprocher le plus possible de leurs communautés afin qu’ils puissent bénéficier de tous ces services. »

Dr Nisia Trinidade Lima, Ministre de la Santé du Brésil

Le Brésil n’est pas différent des autres pays de notre région et du monde, confronté à des problèmes tels que les défis en matière de soins de santé mentale, les défis de la transition démographique et les défis qui remontent au 20e siècle, ainsi qu’à certains qui sont nouveaux, tels que l’émergence de nouvelles maladies, de maladies chroniques et de maladies qui peuvent être éliminées en tant que problèmes de santé publique tels que la tuberculose. Avec la collaboration de l’OPS, nous allons certainement aller de l’avant dans ces domaines.

Dr Francisco Alabi, Ministre de la santé du Salvador

« Cette pandémie a posé de nombreux défis au monde entier, mais elle a surtout montré comment les soins de santé peuvent être unifiés, comment le monde peut se rassembler avec un seul objectif - prendre soin des populations et en particulier prendre soin de la santé des populations face à l’adversité. »

Dr Jaime Urrego, Vice-Ministre de la santé publique, Colombie

Nous croyons que les soins de santé primaires, dans tout le pays, nécessitent plusieurs transformations, y compris la garantie efficace de l’accès. Bien que nous ayons une bonne couverture et un soutien financier, des millions de personnes continuent de se heurter à des obstacles pour accéder à la santé.

Juan Núñez Guadarrama, Coordinateur, Coalition México Salud-Hable

« La santé est un élément incontournable de la croissance économique et du développement, et l’exercice du droit à la santé est crucial pour pouvoir exercer tous les autres droits de l’homme.