"Il est trop tôt pour baisser la garde", prévient la directrice de l'OPS/OMS alors que la pandémie marque son deuxième anniversaire

9 Mar 2022
COVID-19 vaccine at hand
9 Mar 2022

Alors que le nombre de décès dus au COVID-19 dépasse les 2,6 millions dans les Amériques et que les restrictions sont levées, les pays doivent se préparer à réagir rapidement à de nouvelles variantes ou épidémies.

Washington D.C. 9 mars 2022 (OPS.OMS) - Alors que cela fait deux ans que la COVID-19 a été qualifié de pandémie et que les mesures de santé publique sont levées dans de nombreuses régions des Amériques, la directrice de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS/OMS), Carissa F. Etienne, avertit les pays qu'il est trop tôt pour baisser la garde.

"Lorsque l'on assouplit les mesures au mauvais moment, la transmission augmente dangereusement et nous perdons davantage de vies", a déclaré le Dr Etienne lors d'une conférence de presse aujourd'hui, exhortant les pays à fonder leurs décisions sur les évaluations des risques et les données sanitaires, et à renforcer les conseils de santé publique si les cas augmentent.

"La COVID-19 est probablement là pour rester. Nous devons apprendre à vivre avec ce virus et nous adapter rapidement aux nouveaux changements", a ajouté le directeur de l'OPS.

Réfléchissant sur les deux dernières années de la pandémie, le Dr Etienne a déclaré que les Amériques ont été plus durement touchées que toute autre région du monde, avec plus de 2,6 millions de vies perdues - la moitié de tous les décès mondiaux.

"Il s'agit d'une tragédie aux proportions énormes, et ses effets se feront sentir pendant des années", a ajouté la directrice de l'OPS/OMS.

Elle a également averti que "la pandémie est toujours une menace aujourd'hui", les pays ayant connu un nombre record de nouvelles infections pendant la vague Omicron, et les Amériques ayant représenté 63 % des nouveaux cas mondiaux au cours des deux premiers mois de 2022 seulement. "

" Nous voulons tous que la pandémie soit terminée, mais l'optimisme seul ne peut pas contrôler le virus ", a-t-elle déclaré, appelant les pays à garder un " doigt sur le pouls. "

Les pays doivent s'appuyer sur les leçons des deux dernières années pour se préparer à agir rapidement et à ajuster les orientations de santé publique si une nouvelle variante apparaît ou si des épidémies se produisent - en assurant une surveillance continue et en rendant les tests facilement accessibles même lorsque la transmission est faible.

Le directeur de l'OPS/OMS a également appelé les pays à s'attaquer aux inégalités qui ont été exacerbées par la pandémie, soulignant qu'en Amérique latine et dans les Caraïbes, 248 millions de personnes n'ont pas encore reçu une seule dose du vaccin COVID-19, en particulier les personnes vivant dans des zones rurales difficiles à atteindre et les communautés mal desservies.

 "Nos victoires contre la COVID-19 nous montrent ce qu'il est possible de faire lorsque nous travaillons ensemble et utilisons les outils que nous savons efficaces", a déclaré le Dr Etienne, faisant référence aux avancées réalisées dans la lutte contre la COVID-19 au cours de l'année écoulée, telles que les mesures de santé publique visant à ralentir la propagation, les vaccins sûrs et les meilleures options de traitement.

En ce qui concerne la situation de la COVID-19 dans la région, le directeur a indiqué que les cas de COVID-19 ont diminué de 26% dans les Amériques au cours de la semaine dernière et que les décès ont également diminué de près de 19%.

Toutefois, en raison de la réduction possible des tests, le nombre de cas signalés pourrait ne pas refléter fidèlement la situation dans certains pays.

Malgré la baisse générale des cas et des décès dans la région, les nouveaux cas ont augmenté de 2,2 % dans les Caraïbes. La Bolivie et Porto Rico ont également signalé une augmentation des décès au cours de la semaine dernière.