La directrice de l'OPS/OMS fait état d'installations médicales débordées en Haïti et appelle à une aide internationale pour répondre aux besoins "immenses".

18 aoû 2021
Team of PAHO/WHO experts boarding UNASS helicopter to the South of Haiti following eathquake.

La directrice a également mis en garde contre une "crise de santé mentale" dans l'ensemble des Amériques en raison de la pandémie de COVID-19.

Washington, D.C., 18 août 2021 (OPS/OMS) - La directrice de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS/OMS), le Dr Carissa F. Etienne, a indiqué que les établissements de santé de trois départements d'Haïti après le tremblement de terre sont débordés et a appelé la communauté internationale à répondre aux besoins "immenses" du pays en personnel médical, en fournitures, en équipement et en transport de patients.

"Au total, 24 établissements de santé ont subi des dommages, principalement des soins de premier niveau", a-t-elle déclaré lors de son point de presse hebdomadaire. "Dans la Grand'Anse, trois établissements de santé ont été détruits et deux ont été endommagés. À Nippes, nous avons constaté qu'un établissement de santé a été détruit et quatre endommagés, et dans le département du Sud, 14 établissements de santé ont été endommagés."

"Notre personnel est en train d'être déployé dans les départements de la Grand'Anse et des Nippes pour soutenir le rétablissement des services de santé au niveau départemental", a-t-elle ajouté, en faisant référence aux zones proches de l'épicentre du séisme de magnitude 7,2.

En plus de soutenir le ministère haïtien de la Santé et de la Population, l'OPS/OMS a livré des médicaments essentiels et d'autres fournitures médicales et chirurgicales à être distribués aux établissements de santé qui en ont besoin.

Le Dr Etienne a appelé la communauté internationale à répondre aux "besoins sanitaires urgents" identifiés par le ministère de la santé. "Nous avons besoin de personnel de santé, de fournitures et d'équipements pour traiter les patients souffrant de traumatismes, de blessures, de maladies aiguës, de maladies chroniques et de problèmes mentaux", a-t-elle déclaré. "Il est urgent de rétablir les services de santé principalement dans les zones les plus touchées et d'assurer une eau et un assainissement adéquats pour prévenir l'augmentation des maladies diarrhéiques, respiratoires et cutanées."

"Nous sommes de tout cœur avec le peuple haïtien, et soyez assurés que nous faisons tout ce que nous pouvons  pour aider les Haïtiens en ces temps difficiles et durs", a-t-elle poursuivi. "Notre priorité est de soutenir le fonctionnement des services de santé et  sauver des vies humaines."

Le Dr Etienne a également adressé ses condoléances à la famille et aux proches du consultant international et spécialiste des urgences de santé publique de l'OPS/OMS, le Dr Ousmane Touré, qui soutenait la réponse de l'organisation à la COVID-19 en Haïti depuis juillet.

"La perte du Dr Touré est emblématique des dangers auxquels sont confrontés les travailleurs de la santé et des sacrifices extraordinaires qu'ils ont consentis pendant cette pandémie", a-t-elle déclaré.

En ce qui concerne la pandémie de COVID-19, le Dr Etienne a souligné que les données récemment recueillies révèlent une "crise de la santé mentale" dans les Amériques. De plus en plus de personnes souffrent de problèmes de santé mentale supplémentaires à un moment où les services qui leur sont destinés sont également perturbés en raison de l'ampleur de la maladie.

"Nous sommes aujourd'hui confrontés à une crise de la santé mentale qui, si elle n'est pas traitée, aura de graves conséquences", a-t-elle averti. "Non seulement elle aggravera le fardeau de la santé mentale dans notre région, mais elle prolongera également l'impact de la pandémie."

Elle a exhorté les pays à augmenter les investissements dans les programmes de santé mentale et a attiré l'attention sur trois pays - le Chili, Trinité-et-Tobago et le Costa Rica - qui y parviennent avec succès.

S'agissant du bilan de la pandémie en termes de maladie et de mortalité, le Dr Etienne a fait état de 1,4 million de cas de COVID-19 et de près de 20 000 décès dans les Amériques au cours de la semaine écoulée.

"Il est urgent de rétablir les services de santé principalement dans les zones les plus touchées et d'assurer une eau et un assainissement adéquats pour prévenir l'augmentation des maladies diarrhéiques, respiratoires et cutanées."

"Nous sommes de tout cœur avec le peuple haïtien, et soyez assurés que nous faisons tout notre possible pour aider les Haïtiens en ces temps difficiles et durs", a-t-elle poursuivi. "Notre priorité est de soutenir le fonctionnement des services de santé et d'aider à sauver la vie des gens."

Le Dr Etienne a également adressé ses condoléances à la famille et aux proches du consultant international et spécialiste des urgences de santé publique de l'OPS, le Dr Ousmane Touré, qui soutenait la réponse de l'organisation à la COVID-19 en Haïti depuis juillet.

"La perte du Dr Touré est emblématique des dangers auxquels sont confrontés les travailleurs de la santé et des sacrifices extraordinaires qu'ils ont consentis pendant cette pandémie", a-t-elle déclaré.

En ce qui concerne la pandémie de COVID-19, le Dr Etienne a souligné que les données récemment recueillies révèlent une "crise de la santé mentale" dans les Amériques. De plus en plus de personnes souffrent de problèmes de santé mentale supplémentaires à un moment où les services qui leur sont destinés sont également perturbés en raison de l'ampleur de la maladie.

"Nous sommes aujourd'hui confrontés à une crise de la santé mentale qui, si elle n'est pas traitée, aura de graves conséquences", a-t-elle averti. "Non seulement elle aggravera le fardeau de la santé mentale dans notre région, mais elle prolongera également l'impact de la pandémie."

Elle a exhorté les pays à augmenter les investissements dans les programmes de santé mentale et a attiré l'attention sur trois pays - le Chili, Trinité-et-Tobago et le Costa Rica - qui y parviennent avec succès.

S'agissant du bilan de la pandémie en matière de maladie et de mortalité, le Dr Etienne a fait état de 1,4 million de cas de COVID-19 et de près de 20 000 décès dans les Amériques au cours de la semaine écoulée.

En Amérique du Sud, la plupart des pays connaissent une diminution du nombre de cas, a-t-elle indiqué. Au Brésil, le taux d'occupation des hôpitaux est inférieur à 80 % dans tous les États pour la première fois depuis novembre. Mais ailleurs, les cas sont en augmentation. Alimentées par la variante Delta, les infections à COVID-19 s'accélèrent en Amérique du Nord. "Au Mexique, plus des deux tiers des États ont été jugés à risque "élevé" ou "critique", car les hôpitaux se remplissent de patients atteints de COVID-19", a-t-elle déclaré.

Les cas et les décès seraient en augmentation en Amérique centrale, notamment au Costa Rica et au Belize. Les infections et les décès sont en augmentation dans les Caraïbes, notamment à Cuba. Dominique, Guadeloupe, Jamaïque, Martinique et Porto Rico, où les cas ont augmenté de 49 % et les décès de 70 %. À Trinité-et-Tobago, les décès hebdomadaires ont continué à augmenter.