• getting vaccinated

Selon la Directrice de l'OPS/OMS, il faudra des années pour contrôler la COVID-19 dans les Amériques sans une accélération du rythme de la vaccination.

9 juin 2021

Dans certains pays, pas même 1% de la population a été vaccinée. Dans d'autres pays, ce chiffre n'est que de 3 %. La Directrice de l'OPS/OMS appelle à une accélération "urgente" de l'accès aux vaccins et demande instamment aux pays de fournir des doses ou des ressources financières.

Washington, D.C., 9 juin 2021 (OPS/OMS) La Directrice de l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS/OMS), Carissa F. Etienne, a attiré l'attention sur la lenteur de la vaccination contre la COVID-19 en Amérique latine et dans les Caraïbes et a averti que le contrôle du virus prendra des années si les tendances actuelles persistent.

"Aujourd'hui, nous assistons à l'émergence de deux mondes : un monde qui revient rapidement à la normale, et un autre où la guérison reste un horizon lointain", a déclaré le Dr Etienne aux journalistes lors de son point de presse hebdomadaire.

Si les États-Unis ont entièrement vacciné plus de 40 % de leur population, le rythme est beaucoup plus lent en Amérique latine et dans les Caraïbes, a-t-elle précisé. Certains pays - dont l'Équateur, le Pérou et la Bolivie - n'ont vacciné qu'environ 3 % de leur population.

En Amérique centrale, seulement 2 millions de personnes ont été entièrement vaccinées ; dans les Caraïbes, moins de 3 millions. Dans certains pays, dont le Guatemala, Trinité-et-Tobago et le Honduras, pas même 1 % de la population a été vaccinée.

"Les inégalités en matière de couverture vaccinale sont indéniables", a déclaré le Dr Etienne. "Malheureusement, l'approvisionnement en vaccins est concentré dans quelques pays, tandis que la majeure partie du monde attend que les doses soient distribuées au compte-gouttes. Bien que les vaccins COVID-19 soient nouveaux, cette histoire ne l'est pas - l'inégalité a trop souvent dicté qui avait le droit à la santé."

Elle a ajouté que "si les tendances actuelles se poursuivent, les disparités sanitaires, sociales et économiques dans notre région vont encore s'accentuer, et il faudra des années avant que nous contrôlions ce virus dans les Amériques."

Le Dr Etienne a appelé à renforcer "de toute urgence" l'accès aux vaccins en Amérique latine et dans les Caraïbes et à donner la priorité aux pays où "même les populations vulnérables ne sont pas encore protégées." Elle a exhorté les pays riches en vaccins et en ressources à suivre l'exemple des États-Unis, qui ont fait un don initial de 6 millions de doses, de l'Espagne, qui en a fourni 5 millions, et du Canada, qui a engagé 50 millions de dollars canadiens pour élargir l'accès aux vaccins en Amérique latine et dans les Caraïbes.

"Nous espérons que d'autres pays - en particulier ceux qui ont des doses excédentaires - et les institutions financières mondiales leur emboîteront le pas pour fournir le soutien dont nous avons besoin pour protéger les 70 % de notre population qui ne seront pas couverts par le COVAX", a-t-elle déclaré, en faisant référence à l'alliance mondiale visant à garantir l'égalité d'accès aux vaccins COVID-19.

Entre-temps, le Dr Etienne a déclaré que les pays d'Amérique latine et des Caraïbes devaient adhérer à des mesures de santé publique éprouvées, telles que le port de masques, le lavage des mains et la distanciation sociale. Elle a également insisté sur la mise en place de "systèmes de surveillance solides" soutenus par des tests réguliers et la recherche des contacts. "Cela restera essentiel pour contrôler ce virus, même si la couverture vaccinale s'étend et que les cas diminuent."

Passant à son rapport hebdomadaire sur l'impact de la pandémie, elle a averti que la détérioration des conditions se poursuit en Amérique latine et dans les Caraïbes. "Les tendances que nous observons sont claires : dans toute la région, cette année a été pire que la précédente. Dans de nombreux endroits, les infections sont plus élevées maintenant qu'à n'importe quel moment de cette pandémie."

Le Dr Etienne a déclaré que dans les Caraïbes, Trinidad et Tobago a signalé la plus forte augmentation des infections et des décès dus au COVID-19 au cours du mois dernier. En Haïti, les hospitalisations de patients atteints du COVID-19 mettent à rude épreuve les réserves d'oxygène du pays. Au Costa Rica, les infections diminuent après des semaines d'accélération, mais d'autres pays d'Amérique centrale, dont le Panama et le Guatemala, signalent une augmentation des nouveaux cas.

L'Équateur, le Brésil et le Pérou signalent une baisse des cas, mais la plupart des pays d'Amérique du Sud, dont l'Argentine, l'Uruguay et le Chili, enregistrent une augmentation des infections. Le nombre de cas et de décès a augmenté en Bolivie et en Colombie au cours des deux dernières semaines, et dans de nombreuses villes colombiennes, les lits des unités de soins intensifs sont presque tous occupés.

Dans l'ensemble des Amériques, y compris l'Amérique du Nord, on a enregistré la semaine dernière près de 1,2 million de nouveaux cas de COVID-19 et plus de 34 000 décès. Quatre des cinq pays où le nombre de décès est le plus élevé au monde se trouvent sur le continent américain.

"Malgré le doublement, voire le triplement, du nombre de lits d'hôpitaux dans la région, les lits des unités de soins intensifs sont pleins, l'oxygène manque et le personnel de santé est débordé", a déclaré le Dr Etienne.

Contacts 

Tristan Rousset

roussettri@paho.org